Agence du Numérique (ex - Agence Wallonne des Télécommunications / AWT), la plateforme ICT de la Wallonie

dimanche 23 avril 2017

Secteur TIC. Recommandations 2012 de l'AWT

Sur base des constats dégagés dans le cadre de son enquête, l'AWT identifie 5 axes d'action pour créer des conditions favorables au développement du secteur TIC wallon : l'exportation, l'emploi, le financement, l'innovation et le soutien public
Twitter Facebook Delicious
Mis à jour le 12/06/2012 | Imprimer | Envoyer
Attention ! Page archivée. Son contenu est trop ancien et/ou une page plus récente a été publiée sur ce sujet

Le secteur TIC wallon est segmenté en deux grands "blocs" présentant chacun des caractéristiques bien spécifiques:

  • d'une part, on trouve de nombreuses petites entités actives dans le commerce de détail, le conseil et la distribution et l'installation de biens et services. Leur clientèle première est composée de particuliers et de PME et leur marché est essentiellement régional;
  • d'autre part, on identifie un "noyau dur" du secteur d'environ 250 sociétés. Ces dernières sont surtout actives dans le logiciel et les services liés aux équipements et infrastructures. Leur clientèle est variée et internationale et elles considèrent l'exportation et les activités innovantes comme fondamentales pour leur développement.

Ces entreprises à haute valeur ajoutée (EHVA) représentent un important gisement de croissance et d'emploi à relativement court terme. Il convient donc de mettre en place en Wallonie des conditions favorables à leur développement qui, d'ailleurs, bénéficieront également aux plus petites entités du secteur: les start-ups d'aujourd'hui sont les EHVA de demain.

Pour ce faire, l'AWT propose la mise en oeuvre de différentes mesures qui peuvent se décliner en 5 axes majeurs.

Soutien à l'exportation

L'avenir du secteur TIC wallon se situe sur les marchés étrangers. Ce constat semble bien compris à la fois par les acteurs du secteur et par les pouvoir publics, comme le soulignent d'ailleurs souvent les principaux intéressés.

Il convient donc de poursuivre et d'approfondir les efforts en la matière, d'autant plus que d'importants gisements de développement restent sous-exploités. Ainsi, la présence des entreprises TIC wallonnes en Asie peut très certainement se renforcer. De même, il reste manifestement beaucoup à faire pour s'imposer sur les marchés des pays de l'Est, mais aussi en Amérique latine où l'émergence de pays en forte croissance (Brésil, Chili, Pérou) peut offrir d'excellentes opportunités commerciales aux EHVA wallonnes du secteur.

Certains marchés extérieurs ne peuvent être abordés qu'au moyen de la mise place d'une antenne locale. L'AWT plaide donc pour qu'un soutien soit apporté aux entreprises IT wallonnes qui entreprennent cette démarche et pour un renforcement des mesures destinées à la mise en place de "partenariats à l'exportation" entre ces dernières. Un forme de "spécialisation TIC" de certains délégués de l'AWEX est certainement un piste de solution, d'ailleurs déjà évoquée entre l'AWT et l'AWEX.

En outre, l'AWT constate qu'une certaine méconnaissance des langues étrangères continue à handicaper l'ensemble des entreprises du secteur dans leurs activités à l'export. Il convient donc de continuer à encourager l'apprentissage des langues à tous les stades de la scolarité.

Marché de l'emploi

La situation du marché de l'emploi TIC en Wallonie est extrêmement tendue. Il en résulte des rémunérations très élevées et une trop grande volatilité des employés pour les postes hautement qualifiés. Cette situation grève incontestablement le développement tant des EHVA que des petites entreprises du secteur.

Diverses mesures doivent rapidement être prises pour remédier à cette situation:

  • améliorer, en quantité et en qualité, l'enseignement des TIC à tous les stades de la scolarité: d'importants efforts doivent être entrepris par les pouvoirs publics tant pour augmenter le nombre de diplômés dans les filières IT et techniques que pour adapter les cursus aux besoins du secteur;
  • diminuer le coût du travail à l'embauche via des réductions temporaires de charges sociales et/ou des d'impôts;
  • renforcer les dispositifs de stages (comme le PFI), qui permettent de compléter la formation des demandeurs d'emploi "in situ" et de fidéliser le personnel.

Financement

L'accès aux capitaux reste problématique pour bon nombre d'entreprises du secteur TIC wallon. Ce constat est d'ailleurs "confirmé" par le lancement d'initiatives intéressantes par le secteur privé lui-même. L'AWT propose:

  • de consolider et simplifier l'action publique en la matière, tout en améliorant l'information relative aux facilités mises à la disposition des entreprises;
  • d'envisager par quels moyens les pouvoirs publics peuvent remédier à la frilosité des banques et investisseurs à l'égard des sociétés TIC, par exemple en partenariat avec le secteur privé.

L'AWT souligne également combien les Technologies de l'Information et de la Communications restent un secteur par nature très technologique et spécifique. Il doit en être de même pour les initiatives et structures, publiques et/ou privées, chargées de soutenir le secteur.

Innovation et veille technico-commerciale

Les activités innovantes sont considérées comme très importantes par la plupart des EHVA du secteur. Ces efforts doivent être encouragés, dans la mesure où ils sont susceptibles de devenir un véritable moteur de croissance non seulement pour le secteur IT lui-même, mais aussi pour l'ensemble de l'économie wallonne. Il convient donc:

  • de mieux informer les entreprises en matière d'aides publiques à l'innovation, de simplifier ces dernières et d'allèger, tant que faire se peut, les procédures d'octroi et de suivi;
  • d'encourager les efforts entrepris par les entreprises du secteur dans des domaines porteurs ou de pointe tels que les télécoms, la domotique, la GED, l'e-santé, le cloud computing ou encore la géolocalisation;
  • de soutenir les initiatives existantes et susciter l'apparition de nouveaux acteurs innovants dans des secteurs comme le Green IT, l'e-gouvernement ou encore l'e-learning;
  • d'encourager et de développer les initiatives prises par les acteurs du secteur en matière de partenariats technologiques, voire de susciter ces derniers;
  • de réfléchir à la possibilité pour les pouvoirs publics d'aider financièrement les acteurs du secteur dans leurs démarches de dépôt de brevets internationaux.

En matière de veille technico-commerciale, il s'agit surtout de maintenir, mettre à jour et développer les initiatives et moyens existants. D'autres initiatives sont cependant possibles, comme par exemple la création d'une "plateforme globale TIC" en Wallonie, d'ailleurs proposée dans le Master Plan TIC de Creative Wallonia. Cet outil devrait avoir trois fonctions principales:

  • informer les acteurs (veille technico-commerciale);
  • structurer le secteur et améliorer sa visibilité technologique et économique;
  • favoriser le réseautage et les partenariats au sein du secteur.

Soutien public

Si la perception qu'ont les EHVA des pouvoirs publics régionaux est manifestement en net progrès, certains éléments doivent encore être impérativement améliorés. Deux actions complémentaires s'avèrent prioritaires:

  • améliorer fortement l'information sur les aides publiques disponibles (y compris européennes) et clarifier la politique économique de la Wallonie;
  • allèger les procédures de demande, d'octroi et suivi des aides publiques et raccourcir les délais de traitement des dossiers.

A nouveau, l'émergence d'une plateforme TIC publique fortement intégrée avec le secteur privé constitue sans doute un élément majeur de solution.

Portail de la Région wallonne