Agence du Numérique (ex - Agence Wallonne des Télécommunications / AWT), la plateforme ICT de la Wallonie

dimanche 23 avril 2017

Innovation et partenariats 2012 des entreprises du secteur TIC

L'innovation des acteurs TIC wallons est surtout incrémentale et centrée sur le développement de nouveaux logiciels. L'importance des partenariats technologiques et commerciaux est bien comprise, mais des efforts restent à faire pour la coopération avec les entreprises des marchés émergents
Twitter Facebook Delicious
Mis à jour le 12/06/2012 | Imprimer | Envoyer
Attention ! Page archivée. Son contenu est trop ancien et/ou une page plus récente a été publiée sur ce sujet

Innovation. Un tableau contrasté

53% des petites entités du secteur TIC wallon et pas moins de 86% des entreprises à haute valeur ajoutée (EHVA) se considèrent comme innovantes.

Ce résultat ne doit bien entendu pas être pris au pied de la lettre. Dans beaucoup de cas, et particulièrement en ce qui concerne les petites entreprises, les répondants ne font que distribuer, installer ou adapter des produits et services qu'ils jugent innovants. Si les EHVA adoptent quant à elles une définition plus "conventionnelle" de la notion d'innovation et de R&D, leurs activités innovantes concernent surtout les services et/ou les process, ou, plus prosaïquement encore, le développement de nouveaux logiciels. L'innovation en nouveaux produits n'est pas absente pour autant du paysage ICT wallon, mais reste à l'évidence assez marginale pour l'ensemble du secteur.

Petites entreprises

Les domaines d'innovation annoncés par les petites entités sont les suivants.

Domaines d'innovation des petites entités. Population: ensemble des petites entreprises répondantes
Domaines de R&D des "petites" entreprises TIC 2012
Software engineering 25%
Télécommunications, échanges de données 23%
Traitement de données (hors multimédia) 21%
Bureautique 19%
E-business, aide à la gestion et à la décision 18%
Comptabilité, finances 13%
Audiovisuel et multimédia (y compris stockage) 13%
E-marketing, communication 13%
Sécurisation / Identification / Confidentialité 12%
Capture de données 11%
Gestion de connaissances et de contenus 9%
Green IT 9%
Interfaces homme-machine 9%
Domotique et assimilés 7%
Conception et fabrication assistée par ordinateur 7%
Graphisme, représentation de données 7%
Transport et logistique 5%
Géolocalisation, systèmes cartographiques 5%
Cloud Computing / Architectures innovantes 5%
Gestion de réseaux d'énergie 5%
E-santé, ingéniérie biomédicale 4%
E-learning et formation 4%
Art, culture, loisirs 3%
Statistiques, économétrie 2%
E-gouvernement / E-inclusion 1%
Normes, lois et propriété intellectuelle 1%

On constate que l'innovation des petits acteurs du secteur se concentre autour de leurs domaines d'activité principaux (logiciel, télécoms et équipement). Sachant que la plupart d'entre eux sont avant tout des distributeurs et des installateurs, il semble donc évident qu'ils ne soient que très rarement les initiateurs des innovations concernées, mais qu'ils participent simplement à leur diffusion. La quatrième place de la bureautique dans le classement ci-dessus est révélatrice à ce sujet.

Entreprises à haute valeur ajoutée (EHVA)

Les domaines d'innovation annoncés par les EHVA sont plus révélateurs des réelles activités de R&D dans le secteur TIC wallon. Ils s'établissent comme suit.

Domaines d'innovation des EHVA. Population: ensemble des EHVA répondants
Domaines de R&D des EHVA TIC 2012
E-business, aide à la gestion et à la décision 15%
Télécommunications, échanges de données 14%
Software engineering 11%
Comptabilité, finances 9%
Transport et logistique 8%
Domotique et assimilés 7%
Conception et fabrication assistée par ordinateur 7%
Gestion de connaissances et de contenus 5%
E-santé, ingéniérie biomédicale 5%
Géolocalisation, systèmes cartographiques 5%
Interfaces homme-machine 5%
Sécurisation / Identification / Confidentialité 5%
Audiovisuel et multimédia (y compris stockage) 5%
Cloud Computing / Architectures innovantes 5%
Graphisme, représentation de données 4%
Traitement de données (hors multimédia) 4%
Green IT 3%
E-gouvernement / E-inclusion 3%
Normes, lois et propriété intellectuelle 3%
E-learning et formation 2%
Statistiques, économétrie 2%
Capture de données 2%
Bureautique 2%
Gestion de réseaux d'énergie 2%
E-marketing, communication 2%
Art, culture, loisirs 1%

Globalement, on retrouve ici les grands domaines d'activité des EHVA wallonnes du secteur, les logiciels industriels et de gestion se taillant à nouveau la part du lion.

Il est cependant rassurant de constater que plusieurs entreprises du secteur cherchent à innover dans des domaines porteurs ou de pointe tels que les télécoms, la domotique, la GED, l'e-santé, le cloud computing ou encore la géolocalisation. Ces efforts doivent être encouragés, dans la mesure où ils sont susceptibles de devenir un véritable moteur de croissance non seulement pour le secteur IT lui-même, mais aussi pour l'ensemble de l'économie wallonne. D'autre secteurs d'avenir intéressent malheureusement moins les EHVA, comme le Green IT, l'e-gouvernement ou encore l'e-learning. Pour ces domaines, il s'agira de soutenir les initiatives existantes et d'encourager l'apparition de nouveaux acteurs innovants.

Personnel concerné par la R&D

Selon les réponses collectées, 1751 ETP sont "concernés" de manière plus ou moins directe par la R&D et les activités innovantes, dont 163 à l'étranger. Même en soustrayant de l'analyse ces emplois "extérieurs", cela ne représente pas moins de 36% de l'emploi total des 133 EHVA interrogées! A nouveau, il convient d'interpréter ce résultat avec les réserves d'usage, au vu de la définition très large de l'innovation utilisée par les répondants. La moyenne du personnel innovant déclaré par les EHVA étant de 15,36 ETP (dont 2,47 à l'étranger) et celle du personnel IT dans ces mêmes EHVA étant de 17,06 ETP, on comprend que ces entreprises considèrent l'essentiel de leur personnel IT comme participant aux activités innovantes. A titre indicatif, pour les petites entités, on obtient une moyenne de 0.73 ETP concernés par des activités innovantes (soit 138 ETP pour les 189 entreprises interrogées.

Investissements et brevets R&D

Les chiffres des investissements annuels en R&D sont une donnée particulièrement difficile à collecter. En effet, la définition même de R&D reste floue pour beaucoup d'entreprises et certaines considèrent cette information comme confidentielle, ils hésitent à la divulguer. 60% des EHVA ont néanmoins accepté de répondre à cette question.

On obtient dès lors une moyenne de 20.712 euros en investissement R&D pour l'année 2010 (soit 1.657.000 euros au total pour 80 répondants). Il ne s'agit pas d'un chiffre très important, et, à tout le moins, il ne confirme pas l'intensité des activités innovantes exprimée en termes de personnel occupé. Cette constatation ne fait que renforcer l'impression de flou régnant autour de la notion d'innovation au sein des entreprises du secteur. On remarquera encore que la moyenne mentionnée ci-dessus cache en réalité des écarts considérables entre les répondants. Ainsi, l'une des entreprises concernées représente à elle seule 563.421 euros d'investissements R&D en 2010 !

Dans le même ordre d'idées, on constate que seulement 53 brevets ont été déposés pour l'ensemble des EHVA de l'échantillon (et l'une en possède 19 à elle seule!). Cela ne représente qu'une très faible moyenne de 0,46 brevet par EHVA. La situation est bien entendu encore moins favorable pour les petites entités (0,15 brevet en moyenne). Trois arguments sont avancés par les répondants pour expliquer cet état de fait:

  • le type d'innovations concernées (services, process, logiciels) ne permet pas le dépôt de brevet;
  • le coût du dépôt de brevet est prohibitif pour une structure de petite taille (à l'échelle internationale);
  • la crainte de divulguer une information très sensible à la concurrence via la procédure de dépôt de brevet (le principe du brevet aboutissant ainsi à l'effet inverse de celui pour lequel il a été conçu!).

En revanche, 51% des EHVA et 10% des petites entités ont fait officiellement protéger leurs créations via le droit de la propriété intellectuelle. Il s'agit là d'un résultat encourageant, qui montre que bon nombre d'entreprises du secteur sont bien conscientes de la nécessité de se prémunir contre les tentatives de copie - de leur production logicielle essentiellement.

En résumé, l'innovation dans le secteur TIC wallon offre un tableau contrasté. Si la majorité des acteurs du secteur attachent une grande importance aux activités innovantes, ces dernières sont le plus souvent des innovations incrémentales (nouveaux services ou adaptations s'appuyant sur une innovation extérieure au secteur) ou encore simplement le développement de nouveaux logiciels. Il faut bien sûr voir dans ce résultat l'effet de la taille des entreprises wallonnes: les investissements nécessaires pour innover de manière radicale en produit ne sont plus depuis longtemps, à part de très rares exceptions, à la portée des PME.

Ce n'est pas là un bilan négatif: même une innovation incrémentale représente un gisement de croissance non négligeable. Encore faut-il qu'une PME puisse mobiliser des moyens suffisants pour mener son développement technologique à bon terme et parvienne à la commercialiser. C'est ce que, à l'évidence, les entreprises TIC wallonnes cherchent à faire via une stratégie de partenariats.

Partenariats. En amont et en aval

Un tiers des petites entités wallonnes du secteur disposent d'au moins un partenariat technologique et plus de la moitié entretiennent au moins un partenariat commercial. Contrairement à ce que l'on observe dans d'autres secteurs de l'économie wallonne, il existe donc une réelle volonté d'ouverture et de coopération de la part d'entreprises qui, il faut le rappeler, sont essentiellement des TPE.

Types de partenariats entretenus par les petites entités
Types de partenariats
des "petites" entreprises TIC
2012
Technologique 34%
Commercial 53%
Autre 18%

Les résultats sont encore plus révélateurs au niveau des EHVA. Les partenariats technologiques concernent plus de la moitié d'entre elles et les partenariats commerciaux près des 2/3.

Types de partenariats entretenus par les EHVA
Types de partenariats
des EHVA TIC
2012
Technologique 52%
Commercial 63%
Autre 34%

Dans 66% des cas, les partenariats technologiques des EHVA sont noués avec d'autres entreprises du secteur TIC. Par contre, les partenariats avec des universités, qui concernent donc à coup sûr la R&D, ne recouvrent que 9% des cas. Sans être mauvaise, cette situation peut à l'évidence encore être améliorée. 76% des partenariats commerciaux sont quant à eux conclus avec d'autres entreprises IT.

Globalement, ces constats confirment ceux établis en 2009 par l'AWT. On note même une légère progression au niveau des partenariats technologiques des EHVA, qui semblent bénéficier ici encore de leur grande ouverture à l'international. En effet, en ce qui concerne les petites entités du secteur, l'origine géographique des partenariats technologiques s'établit comme suit.

Localisation géographique des partenaires technologiques des petites entités
Partenaires technologiques
des "petites" entreprises TIC
Répondants avec
partenariat technologique
Ensemble
des répondants
Belgique 70% 24%
Pays limitrophes 33% 11%
Autres pays de l'UE 12% 4%
Europe hors UE 3% 1%
Etats-Unis et Canada 8% 3%
Asie 2% 1%
Océanie 2% 1%

Les petites structures nouent donc relativement peu de partenariats technologiques avec des entreprises étrangères. Par contre, les EHVA concluent plus souvent des partenariats internationaux, tout en continuant à privilégier les partenaires nationaux.

Localisation géographique des partenaires technologiques des EHVA
Partenaires technologiques
des EHVA TIC
Répondants avec
partenariat technologique
Ensemble
des répondants
Belgique 75% 39%
Pays limitrophes 41% 21%
Autres pays de l'UE 17% 9%
Europe hors UE 7% 4%
Etats-Unis et Canada 17% 9%
Asie 12% 6%
Afrique 3% 2%
Amérique latine 1% 1%

L'ouverture internationale des EHVA du secteur TIC wallon est donc à nouveau confirmée. On remarquera au passage les résultats encourageants en ce qui concerne les partenariats technologiques avec l'Amérique du Nord et l'Asie (Chine et Japon essentiellement). Il n'en reste pas moins que des efforts doivent encore être fournis en la matière tant au niveau des partenariats nationaux qu'internationaux.

Un constat similaire peut être fait suite à l'analyse de l'origine géographique des partenariats commerciaux. Les petits acteurs du secteur, dont les marchés se situent surtout en Belgique et dans les pays limitrophes, ont, fort logiquement, privilégié les partenariats commerciaux dans ces zones géographiques.

Localisation géographique des partenaires commerciaux des petites entités
Partenaires commerciaux
des "petites" entreprises TIC
Répondants avec
partenariat commercial
Ensemble
des répondants
Belgique 76% 41%
Pays limitrophes 34% 18%
Autres pays de l'UE 11% 6%
Europe hors UE 4% 2%
Etats-Unis et Canada 5% 3%
Asie 4% 2%
Afrique 2% 1%
Amérique latine 1% 1%
Océanie 1% 1%

En revanche, les EHVA, dont l'activité et la croissance dépendent fortement des marchés étrangers, se montrent beaucoup plus éclectiques dans leurs choix de partenaires commerciaux.

Localisation géographique des partenaires commerciaux des EHVA
Partenaires commerciaux
des EHVA TIC
Répondants avec
partenariat commercial
Ensemble
des répondants
Belgique 65% 40%
Pays limitrophes 47% 29%
Autres pays de l'UE 19% 11%
Europe hors UE 7% 5%
Etats-Unis et Canada 16% 10%
Asie 33% 20%
Afrique 4% 2%
Amérique latine 5% 3%
Océanie 4% 2%

Ces résultats sont positifs, avec un peu moins d'une entreprise sur trois disposant d'au moins un partenaire commercial dans un pays limitrophe et surtout, une sur cinq ayant conclu des accords commerciaux avec des entreprises asiatiques. Pour autant, du chemin reste à faire pour encore renforcer ce positionnement et, surtout, pour s'assurer d'une présence de l'IT wallon sur des marchés émergents tels que l'Europe de l'Est et l'Amérique latine.

A ce niveau, il est important de souligner que ce n'est pas la volonté de nouer de nouveaux partenariats qui manque au sein des EHVA. En effet, la moitié d'entre elles entendent conclure de nouveaux accords technologiques dans les deux ans à venir. La moitié également se montrent intéressées par de nouveaux partenaires commerciaux sur cette même période.

Perspectives de coopération des EHVA pour les deux ans à venir. Population: ensemble des EHVA
Types de partenariats
futurs recherchés
2012
Technologique 48%
Commercial 50%
Autre 6%

Au final, le constat qui s'impose est celui d'une réelle prise de conscience des entreprises du secteur, et plus particulièrement encore des EHVA, de l'importance des partenariats tant technologiques (pour pour la R&D et l'intégration de solutions) que commerciaux (pour trouver et stabiliser de nouveaux débouchés). Ces efforts doivent impérativement être encouragés et facilités, principalement au niveau des coopérations avec des entreprises originaires des économies émergentes.

Portail de la Région wallonne