Agence du Numérique (ex - Agence Wallonne des Télécommunications / AWT), la plateforme ICT de la Wallonie

mercredi 26 juillet 2017

Entreprises. Recommandations 2012 de l'AWT

Les usages avancés des TIC des entreprises wallonnes continuent à progresser. Les usages professionnels de l'internet mobile font un bon de 9 points en un an. Les sites d'e-commerce quant à eux, doivent encore beaucoup progresser tant en matière d'interactivité que de support à la vente en ligne
Twitter Facebook Delicious
Mis à jour le 12/06/2012 | Imprimer | Envoyer
Attention ! Page archivée. Son contenu est trop ancien et/ou une page plus récente a été publiée sur ce sujet

Les principaux enseignements du baromètre pour les entreprises

Plus de 9 entreprises wallonnes sur dix disposent d'au moins un ordinateur. 83% sont connectées à Internet. 34% possèdent un site Web. Ces trois grands indicateurs d'équipement TIC sont en légère progression, confirmant l'embellie constatée en 2011 au niveau des usages avancés d'Internet.

Indicateurs clés des usages avancés d'Internet au sein des entreprises wallonnes en 2011
Indicateurs clés des usages avancés d'Internet TPE PME GE 2011 2010 Evolution
Achats en ligne 41% 47% 47% 41% 39% +2
Connexion Internet au domicile du personnel 16% 16% 46% 16% 14% +2
Recours au télétravail (au moins une personne) 38% 31% 51% 38% / /
Présence sur les réseaux sociaux 30% 18% 9% 29% 27% +2
Connexions mobiles à Internet 19% 31% 70% 19% 10% +9
E-business 9% 18% 53% 9% 9% stable
Vente en ligne 9% 8% 24% 9% 9% stable

Mobile

Au niveau mondial, 2011 a marqué une rupture. Pour la première fois, les ventes cumulées de smartphones et tablettes ont dépassé celles des ordinateurs classiques (fixes et portables). L'AWT a encore souligné récemment l'importance majeure des nouveaux usages mobiles. Qu'en est-il au niveau des entreprises wallonnes?

Tout d'abord, on constate que les usages professionnels de l'Internet mobile ont enregistré une forte progression, avec un bond de 9 points par rapport au dernier baromètre. Le commerce mobile, quant à lui, est considéré unanimement comme un relais de croissance incontournable de l'e-commerce. Toutefois, pour nos entreprises, cela reste un objectif à moyen terme, plus qu'une réalité. Au niveau belge, le commerce mobile ne représente que 2,6% du chiffre d'affaires de l'e-commerce global. A peine 15% des e-commerçants belges ont recours à une application mobile pour la vente (BeCommerce 2012).

Le frein majeur au développement du commerce mobile est l'absence de standard pour le paiement. En effet, les solutions du marché se partagent entre les technologies sans contact, comme le NFC (Near Field Communication) ou le RFID (Radio Frequency IDentification (étiquettes intelligentes), et d'autres solutions comme les SMS ou les portefeuilles prépayés. Cette offre reste trop peu mature pour espérer un véritable déploiement du m-commerce.

Vente en ligne

Une fois encore, l'évolution très faible de la vente en ligne au sein des entreprises wallonnes peut sembler discordante par rapport à la croissance continue du chiffre d'affaires de l'e-commerce en Belgique. Le nombre de transactions recensées par Ogone a encore bondi de 24% en 2011. Cependant, il faut garder à l'esprit que le chiffre d'affaires de l'e-commerce belge englobe les ventes des entreprises qui vendent en ligne dans notre pays, alors que ces dernières n'ont pas forcément un siège social en Belgique, ni en Wallonie a fortiori. D'où un réel décalage entre l'inertie des entreprises régionales en matière d'e-commerce et la croissance continue du secteur dans notre royaume où il représente désormais 2,5% du PIB.

Recommandations de l'AWT pour la vente en ligne

Ce décalage, déjà constaté lors des précédents baromètre, a incité l'AWT a analyser pour la première fois en profondeur la qualité des sites Web d'un panel d'entreprises wallonnes déclarant vendre en ligne. Parmi les conclusions de cette étude spécifique, l'AWT souligne que si les sites Web se professionnalisent en termes de contenu et d'ergonomie, de gros progrès restent à faire en matière de référencement et d'efficacité du point de vue de la vente en ligne. Cette efficacité serait meilleure si l'interactivité et les fonctions de support à la vente en ligne étaient plus développées.

En matière d'interactivité:

  1. Accessibilité. L'absence de version mobile des sites web empêche les internautes mobiles de choisir librement le terminal à partir duquel ils vont surfer, ce qui représente une contrainte inutile.
  2. Dialogue. Les internautes sont devenus producteurs d'information à valeur ajoutée, il faut les fidéliser et recueillir leurs contributions, via les outils 2.0 (réseaux sociaux, blogs, flux RSS, forums).
  3. Personnalisation. En personnalisant l'expérience utilisateur au maximum, un site web offre un service à valeur ajoutée. Par exemple, il va suggérer des produits ou services associés aux achats antérieurs auxquels l'internaute n'aurai pas pensé. Ces suggestions vont non seulement améliorer la satisfaction client mais également augmenter la valeur moyenne du panier d'achats.

En matière de vente en ligne:

  1. Facilité. L'acheteur en ligne veut acheter le meilleur produit au meilleur prix en un minimum de temps et d'efforts. C'est la raison pour laquelle, il faut proposer des formulaires intelligents et intuitifs (curseur directement sur le premier champ à encoder, auto-remplissage de certaines zones, récupération des données déjà connues, gestion pertinente des informations de l'utilisateur, etc.).
  2. Information. L'internaute ne doit pas chercher les informations qui lui permettent d'acheter en toute connaissance de cause au sens juridique du terme. Ainsi, indiquer les prix TTC, la disponibilité des produits en stock, les délais de livraison, le mode de dépôt de réclamation et la procédure de retour des articles commandés est indispensable pour augmenter le degré de confiance de l'acheteur en ligne.
  3. Sécurité. L'internaute doit pouvoir acheter et payer en ligne sans se soucier de la sécurité de ces transactions. Pour cela, il faut systématiquement faire transiter les paiements en ligne par une plateforme sécurisée et varier au maximum les modalités de paiement et de livraison quand cela est opportun.

Recommandations de l'AWT pour développer les usages TIC avancés des entreprises

Pour encourager les entreprises wallonnes à tirer pleinement profit des TIC en termes de rentabilité, de vente en ligne et de création de partenariats, l'AWT propose une approche en 4 axes. Ces axes rencontrent également des priorités que l'AWT a porté au moment de la rédaction du Master Plan TIC du programme Creative Wallonia.

Approche sectorielle

Il faut privilégier une approche sectorielle pour la sensibilisation, l'échange de bonnes pratiques et la mutualisation des besoins TIC.

Beaucoup de dirigeants d'entreprises wallonnes doivent encore être informés sur les opportunités et avantages concrèts des usages avancés des TIC sur le fonctionnement quotidien de leur PME. Il y a également lieu de susciter des partenariats sectoriels en matière d'échanges d'expériences et de mise en commun des besoins TIC des PME. Cela assurera du côté de la demande une "masse critique" à laquelle l'offre TIC est susceptible de répondre adéquatement. Cette mutualisation devrait également favoriser le développement d'applications transversales, essentielles dans une économie composée à 94% d'entreprises de moins de 50 travailleurs.

Compétences TIC

L'améliorattion des compétences TIC des décideurs reste également une priorité.

Beaucoup de chefs d'entreprises, et particulièrement les indépendants, sont peu ou pas formés à l'usage des TIC. A fortiori, s'ils ont plus de 40 ans. Or, l'enquête 2012 a montré que 62% des chefs d'entreprises ayant répondu à l'enquête, étaient âgés de 46 ans ou plus. L'intégration générale des TIC dans l'offre scolaire en Communauté française est un véritable défi. Les TIC doivent désormais être considérées de manière transversale tout au long des études, au même titre que le français ou les mathématiques. A court terme, l'enseignement doit se remettre en question par rapport à l'intégration des TIC dans l'ensemble des activités scolaires, pour éviter que de nombreux diplômés soient des "handicapés numériques".

Veille technologique

L'AWT souligne également la nécessité de développer la veille technologique et économique.

Cette veille est de plus en plus importante pour la survie des entreprises dans un environnement aussi concurrentiel que globalisé. Malheureusement, elle nécessite des moyens et des compétences que les petites entreprises n'ont pas ou qu'elles réservent à leur métier de base. C'est la raison pour laquelle les pouvoirs publics et les fédérations sectorielles doivent prendre en charge cette veille, qui comprend le balisage de l'offre locale de produits et services TIC, ainsi que l'analyse et la mutualisation des besoins TIC par secteur. Ils joueront ainsi un rôle d'intermédiaire neutre indispensable entre l'offre et la demande de TIC en Wallonie.

Aides financières

Enfin, l'AWT insiste à nouveau sur la nécessité d'harmoniser et de requalifier les dispositifs d'aide à l'adoption des TIC et de l'e-business.

Différents régimes cohabitent, parfois en se faisant concurrence. Les aides e-business et la consultance des Rentic pourraient servir de socle pour une redéfinition générale des aides TIC en élargissant leur périmètre d'action, l'objectif global étant le renforcement de la visibilité et de l'interactivité des sites Web des entreprises wallonnes. Depuis que ce régime d’aides a été rendu opérationnel, en 2004, le nombre de dossiers introduits chaque année est en constante augmentation. En 2011, 194 sites e-business et 52 missions de consultance spécialisées ont reçu un soutien financier de la Région wallonne pour un montant cumulé de 2.899.882 euros. Dans une volonté de simplification de la procédure, plusieurs propositions sont en voie de concrétisation :

  • clarification des critères d’éligibilité des asbl;
  • clarification de l’obligation de bilinguisme;
  • clarification de la nécessité de proposer un mode de paiement en ligne.

Un processus d'intégration des aides e-business avec les aides de l'AWEX est également une piste importante.

Portail de la Région wallonne