Agence du Numérique (ex - Agence Wallonne des Télécommunications / AWT), la plateforme ICT de la Wallonie

mardi 19 septembre 2017

Accès publics à Internet 2012 dans les communes wallonnes

Que ce soit via un EPN labellisé ou un autre lieu d'accès public, 67% des communes wallonnes proposent un équipement informatique pour ceux qui n'en disposent pas à domicile et ceux qui ont besoin d'un accompagnement pour utiliser au mieux le potentiel du Web et des TIC
Twitter Facebook Delicious
Mis à jour le 12/06/2012 | Imprimer | Envoyer
Attention ! Page archivée. Son contenu est trop ancien et/ou une page plus récente a été publiée sur ce sujet

Les connexions sans fil gratuites en pleine expansion

Fin 2011, 14% des communes (36 communes) proposaient des points d'accès sans fil (hotspots WiFi) sur leur territoire. Ces dispositifs permettent au citoyen ou au touriste de connecter son portable, sa tablette ou son smartphone à Internet.

Ces lieux accueillant des hotspots sont divers:

  • 6% des communes proposent un réseau sans fil dans la maison communale;
  • 10% en proposent un dans d'autres bâtiments communaux (bibliothèque, hall omnisports, salles communales, écoles communales, etc.);
  • 5% en proposent dans des lieux touristiques (musée, bornes sur sites remarquables, etc.). A part Namur, il ne s'agit pas de communes spécialement connues pour leur attractivité touristique;
  • 3% en proposent dans leur EPN;
  • 2% en ont un dans le centre-ville. Il s'agit d'Arlon, Dinant, Eupen et Neufchâteau. Mons le teste actuellement. Andenne en a un limité à la place communale.

Dans 89% des cas, les offres de connexion sans fil via les communes sont totalement gratuites. Dans une commune (Braives), l'offre n'est gratuite que pour l'accès à certains services ou dans certains lieux. Pour les trois dernières (Arlon, Beyne-Heusay et Vielsalm), les connexions sont payantes.

La Communauté Fon

Nivelles propose le WiFi dans ses établissements du secteur horeca (hôtels, restaurants, cafés). La ville a été un précurseur par son adhésion au projet Fon dès 2009. Dans un premier temps, Nivelles a ainsi déployé un accès partagé gratuit dans ses bâtiments communaux, chez des commerçants partenaires et chez les employés communaux résidant en ville (sur base volontaire). Une signalétique particulière a été apposée pour indiquer la disponibilité d'un FonSpot. Afin de faciliter le déploiement et les usages associés, l'EPN de Nivelles a accompagné les nouveaux utilisateurs et dispensé des formations spécifiques. Un effet d'émulation a suivi et a ainsi permis une couverture géographique plus large des différents quartiers de la commune.

Fin 2011, Belgacom a annoncé un partenariat avec Fon. Début mars 2012, 500.000 WiFi FonSpots gratuits étaient comptabilisés sur le territoire belge, rendant les initiatives communales en la matière un peu moins utiles. La carte de la couverture en points d'accès Fon montre que si l'essentiel des zones urbaines est couverte, il reste de grandes lacunes dans les zones rurales. Pour les smartphones, une application Belgacom Fon permet de repérer les points d'accès Fon compatibles et de s'y connecter.

Usages communaux sans fil

Les usages communaux du sans fil sont encore plutôt basiques (connexion Internet au sein de la maison communale, pour les salles du Conseil principalement).

Cependant, sur leur réseau sans fil, 6% des communes ont déployé des applications mobiles exploitant le WiFi ou la 3G pouvant inspirer les autres communes:

  • la télésurveillance de certains lieux: 5 communes (Bastogne, Dour, Ciney, Herve et Quiévrain);
  • un réseau de communication en situation d'urgence: 4 communes (Engis, Nassogne, Pont-à-Celles, Tinlot);
  • un réseau de communication pour la police communale: 2 communes (Ath, Geer);
  • un réseau pour le service travaux: une commune (Colfontaine);
  • un réseau pour les agents communaux "de terrain" (par exemple des agents constatateurs): 2 communes (Floreffe, Dison);
  • la géolocalisation des services d'épandage ou de déneigement: 1 commune (Raeren);
  • une connexion entre les différents bâtiments communaux (hôtel de ville, pompiers, écoles, bibliothèque, etc.): 1 commune (Braine-l'Alleud).

6% des communes envisagent de déployer dans un avenir proche une application basée sur le sans fil, dont la ville de Mons.

Equiper le territoire d'accès à Internet sans fil est nécessaire mais pas suffisant. Il faut également développer les usages qui peuvent en être faits et accompagner les utilisateurs pour une appropriation de ceux-ci. Les Espaces Publics Numériques se soucient de ces aspects.

Deux communes sur trois proposent un EPN

Les communes peuvent proposer à leurs citoyens des EPN (Espaces Publics Numérique), c'est-à-dire des lieux publics d'accès à l'informatique et à Internet. Ils nécessitent au moins un terminal d'accès (ordinateur, borne, etc.) mis à disposition pour le public. Les services de ces EPN sont proposés à titre gratuit ou à coût extrêmement limité (par exemple pour des impressions). En Wallonie, les EPN sont labellisés s'ils respectent certains critères, comme la présence d'un accompagnement sur place. Les cybercafés privés ne sont donc ici pas concernés.

67% des communes disent proposer un lieu d'accès public à l'informatique. 37% ont au moins un EPN labellisé et 36% au moins un autre lieu d'accès, non labellisé (PAPI, Point d'Accès Public à Internet).

En avril 2012, on recense 140 EPN labellisés dans 98 des 262 communes wallonnes. La répartition par commune des EPN, labellisés ou non, est illustrée sur la carte de la Wallonie ci-dessous.

Répartition 2012 des EPN, labellisés ou non, en Wallonie
Répartition 2012 des EPN, labellisés ou non, en Wallonie

Une carte permettant de géolocaliser les EPN labellisés en Wallonie est disponible sur le site du réseau des EPN (www.epn-ressources.be).

D'après les réponses à son enquête, l'AWT souligne le dynamisme de plusieurs communes en ce qui concerne l'accès public à Internet et les interactions numériques avec les citoyens: Ath, Andenne, Comblain-au-Pont, Eghezée, Marche-en-Famenne, Nivelles, Orp-Jauche et la plupart des communes de la province de Luxembourg. Celles-ci, compte tenu de leur contexte géographique, font des efforts pour réduire la fracture numérique de leurs citoyens.

EPN labellisés très fréquentés

Le bilan de l'année 2011 des EPN labellisés de Wallonie est conséquent:

  • plus de 55.000 personnes les ont fréquenté;
  • plus de 100.000 heures d'accès libre y ont été proposées;
  • plus de 65.000 heures de formation y ont été organisées.

Grâce à l'enquête menée fin 2011 par le Centre de ressources des EPN auprès des EPN labellisés, on apprend notamment que:

  • 40% des EPN labellisés ont un site Web propre (15% ont un site réellement dynamique),
  • 33% ont une page Facebook,
  • 13% utilisent Twitter pour leur promotion ou pour leur veille,
  • 57% participent à la "Semaine numérique".

En outre:

  • 66% des EPN labellisés proposent un accès complètement gratuit et 6% proposent un accès payant, mais à une tarification sociale;
  • Seulement 45% des EPN labellisés collaborent avec au moins un autre EPN.

Localisation des EPN

La labellisation est ouverte aux EPN gérés par les communes ou acteurs non marchands soutenus par les communes, CPAS ou provinces wallonnes. Dans 86% des communes, la commune fait partie des initiateurs d'un ou de plusieurs EPN labellisé(s) sur son territoire. Si l'on pose la question aux EPN (taux rapporté donc sur l'ensemble des EPN labellisés et non plus sur l'ensemble des communes qui en ont au moins un), ce sont 69% des EPN labellisés qui ont leur commune comme structure porteuse principale. Pour 15% c'est une ASBL, pour 13% le CPAS et pour 3% la Province.

Dans les autres lieux d'accès (non labellisés donc), la commune est également une initiatrice dans la grande majorité des cas, mais les associations y portent davantage le projet que dans les EPN labellisés:

Taux de communes avec EPN labellisés ou non labellisés, en fonction du responsable de l'initiative de ces EPN
Responsable de l'initiative Taux de communes avec
EPN labellisé(s) EPN non labellisé(s)
Commune 86% 84%
CPAS 19% 19%
Association 11% 28%
Province ou Région 3% 4%
Partenariat public-privé 5% 1%
Société privée 0% 2%

Les EPN labellisés se trouvent principalement dans une bibliothèque, un espace dédié ou un bâtiment communal autre que la maison communale. Les non labellisés sont principalement dans des bibliothèques:

Taux de communes avec EPN labellisés ou non labellisés, en fonction de l'endroit où se trouvent ces EPN
Endroit où se trouve l'EPN Taux de communes avec
EPN labellisé(s) EPN non labellisé(s)
Bibliothèque 36% 62%
Bâtiment communal dédié au multimédia 32% 12%
CPAS 12% 10%
Maison communale 7% 13%
Centre culturel 4% 9%
Autre bâtiment communal 33% 29%
Bus ou autre véhicule 3% 4%
Autre lieu (bâtiment privé) 11% 10%

Dans 36% des communes qui ont au moins un EPN labellisé, il y en a donc un dans la bibliothèque communale. La même question posée aux EPN apprend que 32% des EPN labellisés se trouvent dans une bibliothèque.

Publics visés par les EPN

Avec les EPN labellisés, les communes visent en priorité les personnes âgées (les associations et clubs informatiques de seniors sont particulièrement actifs), puis les personnes non équipées d'ordinateur et les sans-emploi. Les EPN non labellisés ciblent plutôt les sans-emploi, les personnes âgées et les jeunes, mais sont moins enclins à définir une cible particulière.

Taux de communes avec EPN labellisés ou non labellisés, en fonction des publics ciblés dans ces EPN
Public ciblé dans les EPN Taux de communes avec
EPN labellisé(s) EPN non labellisé(s)
Jeunes, écoliers et étudiants 40% 39%
Personnes âgées 66% 40%
Sans-emploi 46% 44%
Personnes non-équipées d'ordinateur 56% 32%
Personnes réticentes aux TIC 14% 11%
Pas de cible particulière 22% 34%
Autre cible, très spécifique 1% 4%

La définition officielle d'un EPN est "un espace d'apprentissage et de médiation des usages numériques, qui a vocation de favoriser la participation citoyenne de tous à la Société de l'information". Les communes, via leurs EPN, ne viseraient pas spécifiquement à convaincre les personnes réticentes à l'informatique, mais à rencontrer une demande, en termes de moyens et/ou de connaissances informatiques.

Fin 2011, 23% des EPN labellisés se déclarent opérateurs PMTIC, c'est-à-dire qu'ils visent à sensibiliser et former aux TIC un public de demandeurs d'emploi peu familiarisé avec l'informatique. Ils doivent s'adresser prioritairement aux chômeurs complets indemnisés (de plus de 40 ans ou avec un faible niveau de formation) et aux bénéficiaires du revenu d'intégration sociale ou de l'aide sociale. Outre ces EPN labellisés, il existe environ 60 autres opérateurs PMTIC, dont certains sont des EPN non labellisés portés par des asbl.

Par ailleurs, on pourrait craindre que les communes axent leur EPN sur l'acquisition d'usages basiques difficilement maîtrisés par certaines cibles. L'équipement se limiterait alors à des ordinateurs. Or, 53% des communes signalent la présence d'équipements numériques et multimédia autres que les ordinateurs dans leurs EPN labellisés.

Taux de communes avec EPN, labellisés ou non labellisés, en fonction de l'équipement mis à disposition dans ces EPN
Equipement mis à disposition dans les EPN Taux de communes avec
EPN labellisé(s) EPN non labellisé(s)
Connexion Internet 100% 87%
Equipement informatique fixe 97% 84%
Autres équipements numériques (appareil photo, caméra, scanner, etc.) 53% 23%
Equipement itinérant dans diverses localisations 24% 6%
Equipement mobile (ordinateurs dans un bus par exemple) 10% 6%

89% des EPN labellisés sont des EPN fixes, 8% sont mixtes (fixes et mobiles) et 3% sont uniquement mobiles. 41 EPN (29%) possèdent une antenne, c'est-à-dire un lieu décentralisé avec au moins 2 heures d'activités par semaine.

Fin 2011, le centre de ressources des EPN de Wallonie recensait 1369 ordinateurs, soit 11 postes en moyenne par EPN labellisé.

On peut s'étonner que:

  • tous les EPN ne proposeraient pas un accès à Internet. 13% des communes ayant des EPN non labellisés y auraient des ordinateurs non connectés. Par contre, tous les EPN labellisés sont bien connectés à Internet, comme l'exige un des critères à la labellisation. 66% des EPN labellisés fonctionnent en WiFi, ouvert à leur public pour 89% d'entre eux. Des EPN mobiles ont rencontré quelques soucis car certains villages visités sont mal desservis en connexion Internet (par ligne fixe et/ou câble), mais ils ont pu contourner le problème en équipant le bus ou le camion d'une connexion via satellite;
  • certains EPN ne proposeraient qu'une connexion Internet, sans équipement informatique. 11% des communes ayant des EPN non labellisés n'y proposeraient qu'un accès, via une borne Internet par exemple.

Politique d'animation des EPN

La Charte des EPN des pouvoirs locaux de Wallonie prévoit un minimum de 4 postes connectés à Internet, une ouverture de minimum 16 heures par semaine, dont 6 de sensibilisation et 6 d'accès libre, ainsi que la présence d'un animateur multimédia qualifié. Ces EPN doivent proposer "des services diversifiés d'accès, de formation et d'accompagnement, adaptés aux besoins de ses publics". Ces critères, relativement contraignants, expliquent pourquoi il existe de nombreux EPN non labellisés.

Dans les EPN labellisés, un accompagnement est donc obligatoire. Dans les faits, certains EPN labellisés sont évidemment plus actifs que d'autres. Ils offrent des animations innovantes et intéressantes, adaptées aux diverses composantes de la population. En moyenne, un EPN de Wallonie ouvre 21 heures par semaine son espace au public et dédie 11 heures par semaine spécifiquement à la formation. Par ailleurs, 42% de ces EPN labellisés ouvrent au moins une fois en soirée par semaine et 45% ouvrent le week-end.

Un accompagnement est également organisé dans 92% des autres lieux d'accès, non labellisés.

Mais la qualité de l'accompagnement diffère d'une commune à l'autre:

  • dans 23% des communes, il se limite à une surveillance passive;
  • dans 33% des communes, une ou plusieurs personnes sont prévues pour une assistance en cas de problème rencontré;
  • pour les 36% de communes restantes, des formations sont organisées.

Derrière les EPN, c'est une véritable politique d'animation qui peut être développée:

  • la plupart proposent des initiations aux outils bureautiques classiques ou à la recherche sur Internet. Les EPN de Seneffe proposent 22 tutoriels téléchargeables concernant ces thèmes. La plateforme de formation à distance Vodeclic peut aussi être utilisée pour une initiation à un grand nombre de logiciels informatiques. Fin 2011, 46% des EPN labellisés l'utilisent;
  • pour les seniors, les séances de formation s'axent davantage sur l'utilisation des réseaux sociaux et les outils qui améliorent le contact avec la famille ou des amis éloignés (y compris la photo numérique), et tout ce qui a trait à des activités de loisirs ou à une dynamique au sein d'une communauté ou d'une association;
  • pour les jeunes, certains EPN adaptent leurs animations en proposant des séances de découverte de logiciels éducatifs et de dessin assisté par ordinateur. Pour les EPN dans les bibliothèques, un livre sert généralement de base à des activités numériques telles que la création d'un décor animé. Quelques EPN scénarisent des séances pour les enfants. Par exemple, l'EPN d'Ath a proposé aux enfants de 7 à 11 ans, via "Deviens un détective", de s'initier à l'utilisation d'Internet tout en découvrant par eux-mêmes les règles de sécurité à appliquer. Dans ce stage, un animateur se fait passer pour un enfant avant de révéler son identité. Autre exemple: l'EPN de Mons a ciblé les adolescents en mettant en place des ateliers consacrés au livre numérique, à la création de site et au montage de vidéo, mais aussi au serious game et à la réalité augmentée;
  • une trentaine d'EPN accompagnent activement les chercheurs d'emploi, notamment pour la construction d'une identité numérique et une (ré)appropriation du Web (en ce compris la vidéo) comme canal de promotion de ses compétences, de recherche d'emploi et de recrutement. Ce sont principalement les EPN opérateurs PMTIC;
  • les EPN sont également amenés à jouer la carte de la mobilité. Sous l'impulsion des programmes "Papy et Mamy surfeurs" de la Région wallonne, certains ont mis en place des animations en maisons de repos par exemple. On citera aussi l'EPN mobile des villages à Dinant, l'EPN mobile de la province de Luxembourg, l'EPN de Durbuy et celui de Bernissart (les 4 EPN labellisés n'utilisant que de l'équipement mobile);
  • les EPN s'adressent aussi aux personnes handicapées. Ainsi, l'EPN d'Arlon propose depuis fin 2009 du mobilier, des logiciels et du matériel informatique adaptés;
  • des sessions de proximité autour d'usages avancés d'Internet sont également proposées aux artisans, commerçants, TPE et PME. A l'exception de quelques EPN labellisés bénéficiant d'une équipe très active, ces possibilités ne sont pas encore suffisamment intégrées en Wallonie. En France, on peut citer l'exemple de BOUTIC, une initiative du Conseil régional Nord Pas-de-Calais lancée en fin 2008, qui permet aux territoires ruraux d'offrir gratuitement à leurs commerçants, entreprises et agriculteurs une série d'ateliers basés sur les potentialités offertes par une présence active sur le Web, par les technologies innovantes (tablettes tactiles, smartphones, etc.) et les applications métier disponibles.

Il y a une dizaine d'années, au lancement des EPN, l'animation numérique consistait à compenser les lacunes de ceux qui n'avaient pas d'équipement informatique à domicile. Ensuite, elle a évolué vers l'accompagnement des "nouveaux équipés".

On constate désormais une évolution vers la "médiation numérique", l'accompagnement des publics variés d'une commune vers l'autonomie dans les usages quotidiens des technologies, services et médias numériques. Alors que les TIC évoluent sans cesse, il faut désormais aider le citoyen à " les domestiquer". Si le citoyen est désormais bien équipé et dispose d'une connexion Internet de qualité, il n'utilise pas toujours de manière optimale les opportunités des TIC. La méconnaissance des usages est au coeur de la nouvelle fracture numérique.

29% des EPN labellisés disposent d'un seul animateur, 48% en ont deux et 23% en ont plus de deux. 69% des EPN seulement ont leur animateur principal en contrat à durée indéterminée. Une réflexion est nécessaire sur le statut des animateurs multimédia dans les EPN (ils sont environ 180 en Wallonie actuellement), au même titre que sur celui des informaticiens et Webmasters communaux. Leur reconnaissance est en cours au niveau de la Région wallonne. La réflexion est longue et complexe, car il est difficile de figer un référentiel pour ces métiers: les compétences nécessaires aux animations multimédia sont multiples et dépassent le cadre de l'informatique et de la pédagogie.

Si l'activité du Réseau des EPN de Wallonie est surtout visible sur le blog EPN-ressources, un forum a aussi été créé à l'origine du projet sur la plateforme Yahoo!, sur laquelle les animateurs pouvaient échanger, partager et commenter leurs expériences. Les échanges se sont ensuite diversifiés: YouTube, Flickr, flux RSS, Twitter, documents officiels et supports de formation, etc.

Afin de centraliser ces ressources, le Centre de Ressources des EPN a opté courant 2010 pour un réseau social pour les animateurs. La partie publique reprend l'essentiel de l'actualité du réseau. Un espace privé, accessible uniquement aux animateurs des EPN de Wallonie labellisés, offre la possibilité de créer sa propre page personnelle, de suivre les discussions du forum, d'échanger, et d'être averti des nouveautés sur la plateforme. Aujourd'hui, 67% des EPN labellisés s'y connectent au moins une fois par semaine, mais un tiers ne s'y connecte que très peu ou pas du tout.

30% des EPN labellisés fonctionneraient actuellement avec un logiciel de gestion. On saluera le développement d'OpenEPN, un logiciel de gestion journalière des EPN de Wallonie, né sous l'impulsion de quelques animateurs d'EPN, toujours en version bêta, mais en téléchargement libre depuis fin 2011.

Il permet:

  • aux utilisateurs des EPN de s'inscrire (en ligne avec leur e-ID) à des formations ou de réserver un temps défini pour l'accès libre;
  • aux animateurs de gérer le matériel, d'installer des supports de cours en réseau et d'envoyer des mails aux participants listés.
Portail de la Région wallonne